À l’ouest de Kyôto, non loin du château de Himeji, la baie de l’ancien pays de Harima s’étend face au chapelet verdoyant des îles de la mer Intérieure. D’accès facile mais préservée du tourisme de masse, cette région est l’une des perles de l’archipel Nippon. Réputée pour la beauté de ses paysages et la richesse de son histoire, elle est aussi appréciée des gastronomes qui, à l’écart des sentiers battus, traversent le Japon pour y déguster les fameuses huîtres de Harima-nada.

Où se trouve Harima-nada ?

  • Située sur la côte sud-ouest de l’île principale de Honshû, entre Okayama et Himeji, la baie de Harima, ou Harima-nada s’ouvre sur la mer Intérieure. Elle doit son nom à l’ancienne province de Harima qui correspond aujourd’hui à la partie sud-ouest de la préfecture de Hyôgo.
  • Akô, la ville principale, est située dans la préfecture de Hyôgo à 30 km de Himeji, 45 km d’Okayama, 100 km d'Osaka, 130 km de Kyôto.
  • 播磨灘_315_209.png
  • 赤穂城跡_401_301.png
  • Source:http://castle.slowstandard.com/31kinki/33hyogo/post_322.html


Harimanada dans l’histoire

Depuis la préhistoire

  • Des ossements humains du Paléolithique, ainsi que des vestiges des époques Jômon (-13000-300 av. notre ère), témoignent d’une l’occupation humaine très ancienne. Au VIIe siècle, fondé par le prince Shôtoku (574-622), le temple Hôryû-ji de Nara possède des terres à Harima dont la beauté des paysages est chantée dans des poèmes compilés au VIIIe siècle dans le recueil Man’yo-shû.

La pays des 47 rônin

  • Ce n’est cependant qu’à la fin de la période de Kamakura que Harima fait son entrée dans l’histoire. L’un de ses seigneurs, Akamatsu Norimura (1277-1350), prend le parti de l’empereur Go-Daigo (1288-1339) qui tente de restaurer le pouvoir impérial. Malgré l’échec de cet empereur, les Akamatsu parviennent à étendre leur influence jusqu’à l’aube du XVIIe siècle. Cent ans plus tard, des samouraïs d’Akô, les fameux 47 rônin, défraient la chronique en bravant la loi du shôgun pour venger l’honneur de leur maître.
  • (LinkIconlire La vengeance des 47 rônin)

Une richesse venue de la mer

  • Durant toute son histoire, les côtes découpées de Harima et de ses nombreuses îles ont protégé les navires des tempêtes en leur offrant des mouillages sûrs. Grâce à cela, des ports de marchandises ont pu y prospérer jusqu’à ce qu’au XIXe siècle, le chemin de fer mette fin à leur monopole. De nos jours, Harima-nada est connue pour la qualité des huîtres dont elle est l’un des principaux producteurs au Japon.

Akô

  • Petite cité provinciale nichée au fond d’un estuaire, Akô vit à l’heure des vestiges de son célèbre château et du souvenir de ses héros : les « 47 rônin » dont l’exploit légendaire ne cesse d’alimenter l’imaginaire nippon depuis le XVIIIe siècle.
  • Accès : Gare JR Banshu-Akô, reliée au train rapide Shinkansen en changeant en gare d’Aioi. Banshu-Akô est à moins de 30 mn de Himeji et moins de 40 mn d’Okayama.
  • S’informer: Office du tourisme d’Akô à l’intérieur de la gare, tél. : 0791-43-3201.
  • Se repérer : Peu étendu le centre d’Akô est facile à parcourir à pied. Au départ de la gare durant la saison touristique, un bus dessert les principaux points d’intérêt jusqu’à Akô Misaki et Sagoshi (tarif : 100 ¥).

Puits Ikitsugi

  • Cet ancien puits, utilisé jadis par les membres du clan Asano, servit à étancher la soif des messagers venus d’Edo apporter la nouvelle de la condamnation d’Asano Naganori et de la dissolution de son clan. De nos jours, ce puits est révéré comme une relique par les habitants d’Akô.
  • A 5 mn à pied de la gare JR Banshu-Akô.
  • 息継ぎ井戸_279_209.png
  • Source:http://www.mapple.net/spots/G02801036301.htm

Temple Kagaku-ji

  • Erigé en 1645, ce temple abrite les tombes des Asano ainsi que des stèles funéraires dédiées aux « 47 loyaux guerriers d’Akô. » Le serment, signé en 1702 par les conjurés, est exposé dans un petit musée avec une collection de leurs statuettes de l’époque d’Edo (1600-1868).
  • A 10 mn à pied de la gare JR Banshu-Akô, tous les jours 9h-16h, entrée 400 ¥ (moins de 15 ans : gratuit), tél. : 0791-42-2068.
  • 花岳寺_403_166.png
  • Source:http://www.kagakuji.org/

Château d’Akô

  • Edifié entre 1648 et 1661 par Asano Naganao, ce château était doté de douze portails et dix tours. Situé au bord de la mer, il possédait ses propres docks à l'intérieur même de son enceinte. Ce château est entré dans la légende au début du XVIIIe siècle lorsqu’il est devenu le théâtre du serment des « 47 rônin »
  • LinkIconlire La vengeance des 47 rônin).
  • Après la restauration de Meiji (1868), il fut partiellement démantelé, ne conservant que la base de ses murailles. Après la Seconde guerre mondiale, les travaux des archéologues ont permis de reconstruire à l’identique certains de ses édifices. Après avoir franchi les douves, les visiteurs passent sous le grand portail du château, connue dans tout le Japon pour être le décor d’innombrables films et séries télévisées consacrées aux 47 rônin. Derrière l’enceinte, la découverte des canaux peut être l’occasion d’une promenade en barque.
  • A 15 mn à pied de la gare JR Banshu-Akô.

赤穂城_285_197.png

赤穂城2_289_194.png

Sanctuaire Ôishi-jinja

  • Ce sanctuaire est dédié aux « 47 loyaux guerriers d’Akô » et à leur chef Ôishi Kuranosuke. Bordée de leurs statues de pierres, une allée mène au portail ouvrant sur un jardin et sur le pavillon principal. Le musée du sanctuaire possède des sculptures dont la plupart sont dues au grand sculpteur Hiraguchi Denchû (1872-1979). Cet ensemble de 47 statuettes très expressives*** forme un véritable chef d’œuvre qui, à lui seul, justifie la visite. De belles peintures du XVIIIe siècle évoquent les spectacles de théâtre kabuki consacrés aux 47 héros.
  • Juste à côté du château, à 15 mn à pied de la gare JR Banshu-Akô, tous les jours 8h-17h, entrée 420 ¥, tél. : 0791-42-2054.
  • 大石神社_321_176.png
  • Source:http://www2.117.ne.jp/~akoooisi/

Musée historique d’Akô

  • Très pédagogique, les vidéos et les installations de ce petit musée donnent un panorama détaillé et complet de la production du sel au XVIIIe sècle.
  • A 20 mn à pied de la gare JR Banshu-Akô, tous les jours sauf mercredi de 9h-17h, entrée 200 ¥, tél. : 0791-43-4600.
  • 赤穂市立歴史博物館_306_209.png
  • Source:http://www.hyogo-c.ed.jp/~museum-ac/081-120/094.html

Parc national d’Akô Misaki

  • Sur une péninsule rocheuse surplombant la baie de Harima, des chemins bordés de cerisiers (en fleurs au mois d’avril) mènent à une piscine en plein air, une source thermale onsen et des restaurants de fruits de mer.
  • A 10 mn de bus depuis la gare JR Banshu-Akô.
  • 赤穂御崎国立公園_221_137.png
  • Source:http://www.banshu-ako.com/modules/ako_navi/index.php?lid=17

Fête

  • Festival Akô gishi : chaque 14 décembre la ville toute entière célèbre la mémoire des 47 rônin par des spectacles et une parade en costumes d’époque.

Hébergement

  • Toyoko Inn Banshu Akô Ekimae : tél. : 0791-46-1045, attenant à la gare, à 15 mn à pied des points d’intérêt, ce « business-hotel » parfaitement tenu, offre une solution pratique et économique pour la découverte d’Akô et de sa région ; chambres simples à partir de 4980 ¥, doubles à partir de 6980 ¥ (petit déjeuner compris).

Gastronomie, onsen

  • Kakuiso-Akô
  • tél. 0791-42-11-30, 11h-21h sauf mardi. A Akô Misaki, excellents fruits de mer et cuisine raffinée kaiseki (de 1000 à 5000 ¥), Bains chauds onsen avec vue sur la mer (700 ¥).

Sakoshi

  • Loin des rumeurs de la ville, ce petit port entouré de collines boisées aligne ses maisons en bois de l’époque d’Edo le long d’une agréable rue pavée pleine d’authenticité.
  • Accès : Gare JR Sakoshi, reliée au train rapide Shinkansen en changeant en gare d’Aioi. Sagoshi est à moins de 30 mn de Himeji et moins de 40 mn d’Okayama. En période touristique, un bus dessert Sakoshi depuis la gare JR Banshu-Akô (100 ¥).
  • Randonnée : Un sentier permet de découvrir la baie depuis les collines en 2 h de marche.

Rue principale

  • Avec leurs volets à claies de bois et leurs murs de torchis blanc, des maisons traditionnelles de l’époque d’Edo bordent cette ancienne rue menant à la mer.
  • 10 mn à pied de la gare JR Sakoshi après avoir franchi le pont au-dessus de la rivière.

Musée de la brasserie Okuto

  • Fondée en 1601 par un riche producteur de sel, cette brasserie, toujours en activité, est dotée d’un attachant petit musée du saké présentant un bric-à-brac d’objets de l’époque d’Edo.
  • Sur le côté gauche de la rue principale en venant de la gare, tous les jours sauf dimanche 9h-17h, tél. : 0791-48-8005, entrée gratuite.
  • 奥道酒造郷土館_272_204.png

Ancien hôtel municipal

  • Edifié en 1831 pour le gouvernement municipal, cette belle maison ancienne fut aussi la maison de thé des samouraïs du clan d’Akô.
  • Au bout de la rue principale, sur la gauche face à la mer, tous les jours sauf mardi, tél. : 0791-48-7755.
  • 旧坂越浦会所_246_185.png

Fête

  • Funamatsuri : le 2e dimanche d’octobre : partant du sanctuaire Ôsake-jinja, une procession haute en couleurs conduit les pèlerins jusqu’à l’île déserte Ikushima à bord de bateaux anciens.

Murotsu

  • Trois petites baies profondes ont, depuis le VIIIe siècle, fait de Murotsu un abri sûr pour le commerce de marchandises venues, notamment, de Corée. Ce petit port dut à ses beaux paysages de devenir l’escale privilégiée de grands personnages comme l’unificateur du Japon Toyotomi Hideyoshi (1536-1598) et même de quelques empereurs. Pourtant, au XIXe siècle, concurrencé par le chemin de fer, Murotsu sombra dans l’oubli. De nos jours, resté figé dans le temps, il conserve son charme et son authenticité.
  • Accès : Gare Sanyo Aboshi (à 20 mn de Himeji via Shikama) puis 25 mn en bus (chaque 2 h), ou gare JR Aboshi puis 10 mn en taxi (environ 3000 ¥).

Port et ruelles

  • Concession au modernisme, une rampe de béton permet aux voitures d’accéder au port. Le long des quais s’amarrent de petits bateaux déchargeant le produit de leur pêche. Assis à même le sol le long de hangars de bois ou de zinc, les pêcheurs réparent leurs filets. Aucun artifice dans ce modeste port au charme délicieusement « méditerranéen », niché entre le bleu de la mer et le vert des collines. Des rues bordées de vieilles maisons de bois mènent au musée et au sanctuaire.

Musée du Folklore Murotsu Minzoku-kan

  • Aménagé dans l’ancienne demeure d’un négociant en produits marins, ce musée a conservé la patine et le charme du temps passé. Ouvert sur un jardin, il présente, entre autres, la grande maquette en bois d’un bateau de pêche de l’époque d’Edo. Au premier étage, des objets de la vie quotidienne du XIXe siècle se découvrent dans la pénombre d’un enchevêtrement de pièces et de couloirs où chaque porte coulissante semble prête à dévoiler un mystère.
  • Dans la rue principale, tous les jours sauf lundi 9h30-17h, tél. : 079-324-0650, entrée : 200 ¥.

たつの市立室津民俗館_293_221.png

たつの市立室津民俗館2_289_218.png

Sanctuaire Kamo-jinja

  • Sur un promontoire vert et boisé entouré par les flots, ce grand sanctuaire aurait été fondé au VIIe siècle avant notre ère sous le règne de l’empereur légendaire Jinmu. Cependant sa première édification n’est attestée qu’au VIIIe siècle de notre ère et son architecture date du XIIe siècle, bien que reconstruit au XVIe siècle. Les statues de deux grands chevaux de bronze veillent sur l’enceinte sacrée et sur des pavillons qui, avec leurs pignons « en ciseaux » à renforts de bronze, sont typiques de l’architecture shintô. Ce sanctuaire fut immortalisé dans les écrits du médecin et naturaliste allemand Siebold (1796-1866) qui, venu en 1826, l’avait considéré comme l’un des plus beaux du Japon. Un chemin permet d’accéder à la plate-forme rocheuse d’où Siebold avait médité sur la beauté du lieu.
  • (“LinkIconlire Siebold, pionnier des études japonaises en Europe“)
  • 賀茂神社_308_232.png

Gastronomie

  • Maruyoshi
  • Spécialiste de poissons, sushi et fruits de mer. A 3 mn du musée du Folklore, tél. : 0739-324-0015.

Bizen

  • Bizen est l’un des six grands centres historiques de la céramique japonaise. Vouée à cet art, la ville compte une forte densité d’artisans et de fours à bois de pin. Elle se visite d’autant plus facilement que ses points d’attraction sont à deux pas de la gare d’Imbe. La façade de cette gare est recouverte de carreaux de céramiques de Bizen.
  • Accès : Des gares JR Okayama ou JR Aioi prendre la ligne Ako-sen et descendre en gare d’Inbe (compter 45 mn ou 60 mn depuis Himeji).

Musée de la céramique

  • Rdc - Présentation pédagogique et historique des techniques de céramique.
  • 1er étage - Chefs d’œuvre de la céramique ancienne.
  • 2e étage – Œuvres des cinq grands céramistes Toyo Kaneshige, Kei Fujiwara, Toshu Yamamoto, Yu Fujiwara et Jun Isezaki. Ces natifs de Bizen ont en commun de tous avoir été promus au rang de « Trésor national vivant », la plus haute distinction culturelle décernée au Japon.
  • 3e étage - Artistes contemporains.
  • Face à la gare d’Imbe, tous les jours sauf lundi 9h30-17h, tél. : 0869-64-1400, entrée : 700 ¥, étudiants 400 ¥, enfants : gratuit. La boutique vend des œuvres à partir de 2100 ¥.
  • 岡山県備前陶芸美術館_266_199.png
  • Source:http://www.touyuukai.jp/bijyutu.html

Hall des industries de la céramique de Bizen

  • Géré par l’Association des artisans de Bizen, ce vaste magasin propose des céramiques signées à partir de 2000 ¥. Le meilleur endroit en ville pour acheter des céramiques de Bizen si l’on est pressé.
  • Au 1er étage de la gare d’Imbe, tous les jours sauf mardi 9h30-17h30, tél. : 0869-64-1100/1101, entrée libre.
  • 備前焼伝統産業会館_280_210.png
  • Source:http://www.touyuukai.jp/kaikan.html

GASTRONOMIE

  • Tama-chan
  • à 2 mn de la gare de Sôgo, tél. : 0869-74-02-22, www.hinase.ne.jp/~tama ; 11h-20h sauf mardi. Titulaire du Grand Prix B1-Gourmet 2011, ce restaurant très sympathique est réputé pour ses succulentes crêpes okonomiyaki aux huîtres (à partir de 900 ¥).
  • たまちゃん_273_207.png

Port de Maruto

  • Entre Akô et Murotsu, le petit port de Maruto est tout entier voué à la culture de l’huître et à son conditionnement industriel. De réputation mondiale, ces huîtres doivent leur saveur exceptionnelle au mélange du phytoplancton des eaux de la baie de Harima avec les sédiments nutritifs de rivières cristallines s’écoulant depuis la forêt. C’est ici que la compagnie Maruto Suisan a développé un procédé unique de cuisson à la vapeur avant congélation, connu pour affiner la subtilité de l’arôme de l’huître.
  • A 20 mn en taxi depuis la gare Shinkansen JR Aioi. 5133-32 Aioi-Tsubone Aioi-shi, Hyôgo-ken, 678-0141, tél. : 0791-22-1887.

マルト港1_332_250.png

マルト港2_332_250.png